Sunday, June 8, 2014

#38 - Semaine 26/27

Semaine 26 : semaine d'anniversaire de Sam \o/

Pour commencer la semaine, lundi c'était férié \o/ On a donc passé une journée tranquillou en amoureux.
Sam a commencé sa journée avec du pain perdu, mes douleurs de règles n'ont pas été là, c'était parfait. On a conclu cette journée par un de mes films préférés, que Sam n'avait jamais vu : Tootsie.

Mardi, la nature a repris ses droits sur moi, réveil  vers 6h par des douleurs, hop anti-douleurs et ibuprofène toute la journée. J'ai eu le même programme mardi, mercredi et jeudi : réveil vers 6h, anti-douleurs et ibuprofène toute la journée sans pouvoir bouger. Le truc le plus difficile étant d'enchaîner correctement les cachets et d'arriver à ne pas dormir toute la journée.


Choco m'a soutenue comme il a pu ;-)

Forcément, c'était un peu dur de faire des surprises à Sam pour sa semaine d'anniversaire. Ou alors c'était des surprises minimales : mercredi : "oh regarde je suis debout". Jeudi matin, je l'ai réveillé vers 7h, on aurait dit un exercice-accouchement :/ C'était pas vraiment la semaine d'anniversaire que je voulais pour lui, donc on va la refaire quand j'irai mieux :)

Pour me faire pardonner, jeudi soir il a eu son premier cadeau d'anniversaire : un sweat Fallout \o/

Pour la surprise de vendredi, j'ai été cherché Sam à son arrêt de bus, on a été au mall pour lui acheter des jeux (Watch Dogs et Metal Gear Solid V). Pour le repas du soir, on devait aller au restaurant mais avec mes douleurs c'était pas tiptop, on ira quand ça ira mieux. A la place, on s'est pris un Jamba Juice (super smoothie trop bon) et j'ai fait des gaufres. Sam a essayé le combo beurre de cacahuète + confiture, il a trouvé ça bon. Sam s'est même acheté un petit gâteau d'anniversaire.



Samedi je ne pouvais plus bouger, le dos bloqué, le ventre gonflé et dur. Dans l'après-midi, j'ai pris un cachet pour aller mieux ... ERREUR !
A 1h du matin, réveil très douloureux. Pendant 22h de suite, j'avais des douleurs toutes les 10 minutes (des fois 15) et beaucoup de diarrhées, je ne pouvais pas m'allonger, j'avais du mal à marcher, c'était assez horrible. Par contre, je maîtrise très bien la micro sieste assise. Sam a eu la gentillesse de rester un peu avec moi pendant la nuit, parce que moralement, ça commençait à être dur tout ça.


J'ai le soutien de Bash dans les moments difficiles. Notez qu'il se pèse à moitié comme ça pas de complexe ;-)

Semaine 27
Lundi réveil à 6h par des petites douleurs, j'ai le dos en compote, le ventre encore douloureux, la semaine s'annonce encore très calme et surtout triste vu que je ne peux pas faire grand chose et que j'ai peur de manger autre chose que des fruits ou des toasts. En 3 jours j'ai perdu 3 kilos, ça pourrait être cool sauf que je suis très fatiguée.

Mercredi, j'ai eu mes dates pour l'opération. Premier rendez-vous pré-opération le 11 juin et opération le 17 juin. Une laparoscopie pour vérifier si c'est bien une endométriose, et enlever ce qu'il faut.

Voilà quelques photos de la semaine :
Un petite promenade du soir, au parc à côté de chez nous.



Voilà comment je retrouve Bash, tous les matins, quand j'ouvre la porte de notre chambre.


 Un pain maison parce que c'est trop bon :


Des brioches à la cassonade sans cassonade parce qu'ici y'en n'a pas :


Une promenade du samedi, sous le soleil, en croisant des panneaux surprenant/rigolo :



Samedi, on a profité du soleil pour aller se promener (en fait on voulait aller chez le coiffeur mais ils sont en pleins déménagement). On était en train de faire un cake pommes-poires, vers 19h10, quand j'ai eu une douleur au ventre. C'était pas mal fort, mais après les 22h de dimanche dernier, je me suis dit que ça irait, qu'il fallait juste un peu de patience : FAUX !

La seconde douleur a été très forte, je me suis sentie partir dans les pommes. Ça n'allait pas du tout, impossible de tenir debout, j'avais du mal à ouvrir les yeux, allongée la nausée était pénible, j'étais épuisée en 3 minutes de douleur. J'ai tenu 3 vagues comme ça, et Sam a appelé les urgences.

Ils sont arrivés relativement vite (2 vagues de douleurs quand même). Après un rapide tour des symptômes, ils m'ont installées sur le brancard et hop direction l'hôpital. Dans l'ambulance, à mes côtés le fantastique Sam et l'ambulancier : Bruce Willis version baraque. Il a pu observer une vague de douleur, et m'a dit "ha oui c'est long en plus", il m'a tenu réveillée en me posant plein de questions.
A l'hôpital, intraveineuse (l'infirmier m'a dit que j'avais des magnifiques veines \o/) pour me réhydrater, prise de sang, tension, pouls, enfilage d'une magnifique tenue d'hôpital et petite couverture chaude pour me réchauffer un peu. Pas de calmants dans un premier temps, pour voir si ça passait ou pas. Bah non, en plus ça m'a vraiment mis mal à l'aise de crier en public (mais bon j'avais mal quoi).
L'infirmière est venue après la deuxième crise, pour me donner un médicament pour la nausée et un anti-douleur.
L'anti-douleur directement dans le sang, c'était assez cool, en 2 minutes je ne sentais presque plus rien.
Les résultats étaient bons : aucun problèmes de rein, de pancréas, pas d’appendicite ou autre. Le docteur pense que ça venait de l'endométriose. Donc c'est une très bonne chose que j'ai l'opération bientôt. Après une rapide vérification, j'avais bien une sensibilité eu milieu et à gauche de l'utérus.
L'infirmière est venue ensuite m'expliquer la prescription et les différents papiers (ce que j'ai reçu comme médicaments, une explication probable des douleurs, etc.) et on a pu sortir.

Plus de peur que de mal mais quand même un gateau pommes-poires de perdu :/



[Note de Sam: Laeti est d'un courage et d'une force qui m'impressionnent. Malgré tout, la douleur, l'inquiétude, la lassitude, elle garde le moral et fait tout pour être souriante et adorable. C'est une femme incroyable et géniale. Je fais de mon mieux pour m'occuper d'elle, mais malheureusement, les douleurs sont incontrôlables et souvent difficiles à faire passer. Alors j'essaie de rester près d'elle, de la soutenir moralement et de lui donner tout l'amour et l'affection que je peux. Et elle n'arrête pas de s'excuser: de faire trop de bruit en criant, de pas pouvoir faire toutes les tâches ménagères, de pas être plus en forme... J'ai beau lui dire qu'elle n'a aucune excuse à faire, elle culpabilise quand même. Alors dites lui, vous, que c'est une femme géniale et que son seul soucis, ça doit être de tout faire pour se sentir le mieux possible ! Moi, elle me croit pas.]

[Note de Laeti : t'es kitchos toi ! ;-) <3]